Haendel, Airs d’Héroïne

« Concert aux instants magiques » (François TONNELIER, Les Heures Musicales de Cunault)

2 sopranos (Sophie Landy et Liliana Faraon), 1 violon (Cécile Mille), 1 violoncelle / 1 viole de gambe (Catherine Ramona) et 1 clavecin / 1 orgue positif (Isabelle Ramona)

Haendel savait parler aux femmes. Il savait surtout en parler et sa musique traduit bien sa connaissance de la sensibilité féminine : une sensibilité que l’ensemble La Ménestrandise choisit de vous faire découvrir ou redécouvrir au travers des airs d’héroïnes auxquelles Haendel confiait ses plus belles pages. Un programme varié, mêlant tous les aspects de l’écriture musicale de Haendel, profane et sacrée

Programme

Elisabeth Jacquet de la Guerre (Jephté, cantate à deux dessus – Sonate en Ré mineur, pour violon et basse continue, Adagio, Presto, Aria et Presto), Barbara Strozzi (Udite Amanti, cantate op. 2, Venezia, 1651, air à voix seule, soprano – Amor dormiglione, air à voix seule – Mercè di voi, per due canti), George Frederic Haendel (Quel fior che all’alba ride, duetto pour 2 sopranos et basse continue – Tornami a vagheggiare, air d’Alcina, extrait de Alcina – The Lord, air pour 2 sopranos et violon, extrait de Israël en Egypte – Da Tempeste, air de Cléopâtre, extrait de Giulo Cesare, soprano – No di voi non fidarmi, duetto pour 2 sopranos et basse continue), Isabella Léonarda (Sonata Duodecima, op. 16, pour violon et basse continue).

Fermer le menu