Les Leçons de Ténèbres de Couperin

restitution à la lueur des cierges

2 sopranos (Sophie Landy et Hélène Le Corre), 1 viole de gambe (Catherine Ramona) et 1 orgue positif (Isabelle Ramona)

Les Leçons de ténèbres constituent un genre musical insolite destiné à la Semaine Sainte. Chacune d’entre elles porte ainsi le titre de « Leçon pour le Mercredi saint…le Jeudi Saint…le Vendredi Saint». Elles étaient interprétées dans les couvents de femmes avant que le jour ne se lève, dans l’obscurité à peine atténuée par sept grands cierges, que l’on éteignait les uns après les autres, au fur et à mesure qu’apparaissait la lumière de l’aube.
La valeur musicale des Leçons de Ténèbres de Couperin, si modeste dans leur facture apparemment simple et d’une rare difficulté d’interprétation, en a fait une des oeuvres phares de cette fin de règne du Roi Soleil. Ces oeuvres sont d’une densité émotionnelle d’exception, dans cette période dévote et réservée, placée sous l’influence de Madame de Maintenon. Elles ont aujourd’hui inspiré la musique d’oeuvres cinématographiques telles que Le dialogue des Carmélites de Georges Bernanos ou Tous les matins du monde de Pascal Quignard, ou ont même été utilisées aussi dans quelques spots publicitaires !

Programme

Magnificat, à deux voix et basse continue
Première leçon de ténèbres pour le mercredi saint, à une voix et basse continue
Motet « Victoria » pour le jour de Pâques, à deux voix et basse continue
Deuxième leçon de ténèbres pour le mercredi saint, à une voix et basse continue
Troisième leçon de ténèbres pour le mercredi saint, à deux voix et basse continue

Fermer le menu