Le Violon des Lumières

ou les Concertos pour et orchestre de Jean-Marie Leclair

Pour ensemble à cordes et violon solo (Nicolas Mazzoleni)

Pleine de gaîté et d’élégance, la musique interprétée au cours de ce concert s’inscrit dans le souffle nouveau qui habite le règne de Louis XV et que l’histoire a pourtant délaissé au profit des italiens et bientôt des allemands.

L’un des mérites du XXème siècle est de s’être peu à peu intéressé au « négatif » des phénomènes de mode. Cela a permis de mettre en lumière les compositeurs de l’ombre que les événements, et non l’absence de talent, avaient laissé sur les rayons de bibliothèque. Certains y demeurent encore. Mais Monteverdi retrouve une place que Bach lui avait ravie ; Charpentier celle que Lully lui avait usurpé par ordonnance royale; Berlioz retrouve son rang auprès de Beethoven et Jean-Marie Leclair celle de violoniste d’exceptionnelle dimension, auprès de Corelli ou de Vivaldi.
Il faut entendre les Concertos de Leclair interprétés par la Ménestrandise et par le talentueux Nicolas Mazzoleni. On y retrouve cette brillance virtuose emplie de tendresse familière que Vivaldi introduira dans ses Quatre saisons; mais aussi cette majesté faite de mesure et de finesse que personne n’a jamais pu imiter. C’est l’esprit de Molière et de Voltaire dans toute son élégance complice qui s’exprime ici.

Programme

Antonio Vivaldi (Sinfonia d’ouverture), Jean-Marie Leclair (Quatre Concertos choisis, pour violon et orchestre).

Fermer le menu