La Servante Maîtresse de Pergolèse

Intermède comique en 2 actes ou un Opéra de poche !

1 soprano (Virginie Colette), 1 baryton (Bertrand Monbaylet), 1 ou 3 violons (Anne Maury, Cécile Mille, Cécile Moreau), 1 violoncelle (Catherine Ramona) et 1 clavecin (Isabelle Ramona)

Un barbon velléitaire et hypocondriaque se laisse tyranniser par sa servante, laquelle n’a de cesse de se faire épouser par celui qui l’a recueillie et élevée comme sa propre fille. Elle parviendra à ses fins, secondée par un serviteur muet…

Acte I

Comme l’exprime l’aria d’introduction, Uberto est las des conflits permanents avec sa jeune servante Serpina, qui ignore complètement ses voeux et ses ordres. Une fois de plus, elle le fait attendre son chocolat pendant trois heures et finit par lui dire à midi qu’il est trop tard pour prendre un petit déjeuner.
En colère et las d’une telle impertinence, Uberto demande à son valet Vespone de lui trouver une épouse et quitte la maison, bien décidé à rester maître de la situation. Serpina trouve un subterfuge: pourquoi ne deviendrait-elle pas elle-même l’épouse de son maître?

Acte II

Avec l’aide du valet Vespone, à qui elle a promis une promotion au sein de la maison, Serpina attise la jalousie d’Uberto en prétendant qu’un grossier personnage du nom de «Capitaine Tempête» l’a demandée en mariage et réclame une dot exorbitante. Attendri par Serpina, Uberto se voit soit payer la dot, soit l’épouser lui-même. Devant Vespone, déguisé en «Capitaine Tempête», Uberto se décide enfin pour Serpina. En apparence dupé, mais désormais fier et libre d’exprimer son amour, il donne son consentement à cette union devant témoin. La servante se retrouve Maîtresse!

Fermer le menu